Recevez par email les dernières infos, lire les news >

Loi Rebsamen, entretien avec Philippe Louis (CFTC)

Après l’échec des négociations, le gouvernement a décidé de légiférer avec pour objectif principal de favoriser l’emploi par une simplification de certaines obligations sociales imposées aux entreprises.

Indépendamment de la corrélation qui reste à prouver entre simplification et création d’emplois, la CFTC se réjouit des avancées concernant la valorisation des parcours syndicaux. L’entretien professionnel de début et fin de mandat, la certification des compétences ou encore la progression salariale minimale marquent incontestablement une évolution positive dans la longue et difficile reconnaissance du fait syndical en France.

Une reconnaissance cependant affaiblie par des mesures qui s’apparentent à une extension des possibilités pour l’employeur de négocier sans délégués syndicaux sur des champs thématiques élargis.

Dans cette logique, la CFTC comprend l’exposé des motifs comme garantissant le maintien de l’ensemble des moyens et prérogatives des 3 instances rassemblées. Elle veillera à ce qu’il en soit ainsi lors de la parution des décrets.

Il était primordial que chaque salarié puisse être représenté. La mise en place des commissions régionales paritaires composées de salariés et d’employeurs issus des TPE répond à cette problématique. La CFTC accueille favorablement l’étendue des missions qui leur seront confiées (concertation sur l’emploi, formation professionnelle, rôle de conseil et d’accompagnement des acteurs...) et se félicite d’avoir été entendue sur ses propositions en matière d’œuvres sociales et de médiation.

 

 

Philippe Louis, Président confédéral CFTC

Vos réactions (0)