Avis d’Expert : SECAFI

expert-François-COCHET

Avis d'expert

Que faire face aux drames du travail ?

François Cochet, Directeur des activités Santé au travail de SECAFI

Entre la gestion des activités sociales et les informations consultations récurrentes, les élus du CSE auront fort à faire. Pourtant, ils devront rester vigilants pour alerter leur employeur afin que les conditions de travail restent satisfaisantes. Même s’ils peuvent agir en amont, dès l’identification d’un risque grave, il est malheureusement probable qu’ils soient parfois obligés de faire face à des drames : accidents graves du travail, maladies professionnelles, burn-out, actes suicidaires.

Dans ces contextes, des « raisons de ne rien faire » sont trop souvent mises en avant : « La victime d’un accident n’aurait pas respecté les consignes de travail », « il y a un suicide mais la personne avait des problèmes dans sa vie privée », « il a fait un burn-out mais il ne savait pas s’arrêter ! ».
Il est alors facile de tout renvoyer aux caractéristiques des individus, à leurs « fragilités », et de « tourner la page » le plus vite possible. Nos observations montrent que c’est malheureusement le plus sûr chemin pour que ces situations se reproduisent et empirent.

Ces contextes sont pourtant un domaine où il est possible de rassembler les représentants du personnel afin d’engager des démarches d’expertise et d’amener un débat de fond avec l’employeur.

Recourir à une expertise « risque grave» ne signifie pas déléguer les responsabilités des représentants du personnel mais se donner des moyens d’agir et de transformer les situations de travail. Les difficultés mises en évidence lors des entretiens avec les salariés et des observations du travail, les échanges nourris entre l’expert, les représentants des salariés, le Médecin du travail, permettent de construire des propositions solides dont l’employeur doit alors tenir compte : embauches, organisation du travail au plus près des besoins des travailleurs, investissements dans la sécurité, formation, fixation d’objectifs atteignables, etc.
« Accidents graves du travail, burn-out, actes suicidaires ont souvent un point commun : l’isolement et l’affaiblissement des solidarités professionnelles. Le comble est alors d’en faire des « cas individuels » et de ne pas rechercher « ce que ces drames nous disent du travail » pour les comprendre et construire les propositions d’actions qui permettront de les réduire. »