Sondages du CSE auprès des salariés

Sonder les salariés pour leur demander ce qu’ils veulent, ce qu’ils pensent, ce qu’ils accepteraient… La frénésie du sondage touche aussi les CSE.
C’est une bonne chose : vous êtes représentants du personnel, pas de vos idées personnelles.
C’est une mauvaise idée quand vous en profitez pour ne pas assumer les responsabilités que les salariés vous ont confiées par leur vote.
C’est une mauvaise idée aussi quand vous demandez aux salariés ce qu’ils veulent pour les ASC…
Essayons de faire ensemble le tri des bonnes pratiques.

Sonder les salariés sur la vie de l’entreprise, c’est bien

La majorité d’entre vous êtes élus pour quatre ans. Entre les deux échéances électorales, il se passe beaucoup de choses dans une entreprise. De nombreux évènements professionnels interviennent en cours de mandat : négociations annuelles sur les salaires et autres, négociations ponctuelles, contexte positif ou compliqué pour les résultats et/ou les moyens de financements de l’entreprise. Demander l’avis des salariés sur un évènement nouveau permet de mieux définir votre démarche.

N’abusez pas du sondage sur la vie de l’entreprise, les salariés vous ont élus pour les représenter auprès de la direction et des institutions concernées par votre entreprise. Prenez vos responsabilités. Il faut, par contre et à chaque étape importante du processus, informer les salariés pour les tenir au courant de votre action.

Sonder les salariés sur les ASC, mais éviter les questions qui contiennent la réponse…

L’enquête qui contient la réponse consiste à demander aux salariés ce qu’ils veulent… la réponse est simple, nul besoin de sonder les salariés : ils veulent tout !
Qui n’a pas un parent ou un ami salarié dans les Industries Electriques et Gazières (1% du CA HT de production de gaz et d’électricité versé aux ASC des IEG – EDF, ENGIE, etc.), à la Sécurité Sociale (2,55 % de la MSB versé aux ASC) ou autres SNCF, AIR FRANCE, RENAULT, PEUGEOT, etc. ?
La disparité des ressources pour financer les ASC est ainsi impressionnante. Certaines entreprises ayant un CSE ne versent rien aux ASC, ni la CCN ni la loi ne les y obligeant, quand d’autres attribuent entre 700 à 1000 € par salarié et par an…
D’autre part, la majorité des salariés peuvent se payer une sortie sans l’aide du CSE, cela rend vos ayants droit plus exigeants.
Enfin le « que voulez-vous » débouche chaque fois sur une demande de redistribution financière : bon d’achat, chèque vacances, remboursement d’activités sportives ou culturelles, etc. Redistribuer c’est bien, mais ne faire que cela c’est abandonner l’animation de la communauté de travail qui permet aux salariés de mieux se connaitre et contribue aux mécanismes de solidarité.

Il ne faut pas demander « que voulez-vous », il faut demander « que faites-vous », quels sont vos loisirs, prenez-vous des vacances et où ? Dans la famille ? En location ? En mobil-home ? A l’hôtel ? En France ou à l’étranger ? Combien de temps ?
Il faut enquêter pour identifier le profil socio-culturel de vos salariés. La moyenne des français n’a pas d’intérêt, ce sont vos salariés qui vous intéressent. Si vous avez des ouvriers ou des employés, beaucoup de cadres ou peu, une forte dispersion des salariés ou pas, des horaires décalés ou pas, 80 % de femmes ou 80 % de d’hommes, beaucoup de petits salaires, des temps partiels nombreux, si les salariés habitent en pleine ville, en périphérie ou à la campagne, etc. les pratiques socioculturelles et les attentes seront différentes.

Quels moyens pour sonder les salariés ?

Il y a des entreprises qui acceptent que le CSE utilise la messagerie pour communiquer, au moins sur les ASC, avec les salariés. Encore faut-il que tous les salariés ou presque aient une messagerie intranet ou internet.
L’idéal est de disposer de l’adresse personnelle du salarié (postale ou email) parce que les questions posées dans une enquête sont destinées à tout le ménage et pas seulement au salarié lui-même. Il y a des salariés qui ne souhaitent pas fournir leur adresse postale ou email personnelle ? Pas de problème, ils peuvent décider de ne recevoir aucune information ni sondage de la part du CSE, c’est leur choix. Sauf ces éventuels récalcitrants, il est indispensable que chaque salarié reçoive le questionnaire du sondage, sans discrimination.
Pour obtenir l’adresse personnelle des salariés, demandez à ce qu’une feuille le demandant soit transmise via les feuilles de paye, ou bien via la messagerie professionnelle.
Une fois ce fichier constitué, le CSE doit garantir la sécurité des données et s’interdire de les transmettre à quiconque. Cela s’appelle désormais le RGPD (Règlement Général de Protection des Données). Pour en savoir plus : www.cnil.fr

Questionnaire à Choix Multiples (QCM)

Un sondage efficace doit pouvoir être rempli en quelques minutes. Ne mettez pas trop de zones à rédiger, une seule en fin de QCM pour permettre une expression libre complémentaire aux questions posées.
Un QCM consiste à cocher parmi plusieurs items pour un sujet donné.

Exemple : « vous êtes partis en vacances l’été 2019 » choix entre Oui/non puis, « si oui » choix entre 2 ou 3 jours/1 semaine/2 semaines/3 semaines. Etc.

Prenez une précaution essentielle : que chaque salarié ne puisse répondre qu’une fois.
Autre précaution : l’anonymat des réponses. S’il s’agit d’un questionnaire papier, remettez à chaque salarié une enveloppe neutre pour rendre le questionnaire rempli et faites émarger chaque retour.

Dépouillement du QCM

Si vous avez moins de 100 salariés dans l’entreprise, un traitement informatique peut s’avérer utile, mais le dépouillement peut aussi se faire au sein du CSE. Au-delà, il vaut mieux faire saisir le questionnaire et les réponses obtenues par une société extérieure (à financer avec le budget de fonctionnement au titre de la communication).
Des sociétés se sont spécialisées dans l’organisation de sondages pour les CSE, à vous de les utiliser. Elles vous conseillent sur la rédaction des questions, le contenu du sondage et proposent le traitement du sondage : impression et postage ou envoi par emailing, dépouillement des résultats, etc.
Avant de recourir à tout expert extérieur au CSE, préparez vos demandes par une réunion collective des élus afin de définir ce que vous voulez savoir par le sondage. Cela vous aidera à définir la mission que vous confiez.