Croisières

L’offre de croisière est importante, on peut partir à peu près partout dans le monde, de la Terre de Feu à la Chine, en passant par les fleuves de nos régions. Les français privilégient la Méditerranée, devant l’Europe du Nord et les Caraïbes.

Choisir un prestataire

Pour choisir et réserver sa croisière, le CE a tout intérêt à passer par un distributeur. Surtout s’il est spécialisé dans ce secteur, il aura une connaissance approfondie des différents produits présents sur le marché et connaîtra toutes les compagnies, ce qui lui permettra de proposer l’offre la plus adaptée à votre demande. Pour choisir un agent de voyages spécialisé en croisière, on peut se fier à la labellisation « Expert Croisière » de l’AFCC qui fournit à ses distributeurs labellisés une priorité d’accès aux formations, des voyages d’études, des visites de navires, etc.

Papiers d’identité

Il est indispensable d’avoir ses papiers d’identité à jour, sans oublier les passeports et visas si les pays traversés le nécessitent. On peut faire une copie de ces documents afin de laisser les originaux à bord et de n’emporter que les copies lors des escales.

Autre conseil, prendre connaissance du programme d’excursions et faire son choix au préalable, de manière à gagner du temps lors de l’arrivée à bord. Enfin, sur les grands paquebots, on peut utilement étudier le plan du bateau afin de se repérer rapidement une fois embarqué.

Il ne vous reste plus qu’à choisir entre la croisière fluviale en Europe ou le géant des mers avec une multitude d’animations.

Vigilance sur les frais annexes

Il faut vérifier avec soin ce qui est précisément compris et ce qui ne l’est pas dans le tarif. Par exemple l’assurance annulation, le rapatriement, la perte ou les dommages aux bagages, le trajet jusqu’au port d’embarquement, les taxes portuaires, les frais de transfert s’il y a lieu, les pourboires (traditionnellement, le personnel de bord est rémunéré en partie par les pourboires, souvent fixés par les compagnies entre 5 et 8 euros par jour), les excursions à terre… mais aussi les boissons ou la connexion Internet. Il appartient donc au CE d’évaluer le budget global d’un séjour et de définir le montant de sa subvention afin de bien informer les salariés des frais qui resteront à leur charge.

Second point à vérifier, la nationalité du bateau… en effet, il est plus pratique de pouvoir se faire comprendre à bord par l’équipage ! Enfin, si l’on souhaite un peu de calme, mieux vaut éviter les cabines proches des salles de spectacle ou des discothèques.